A LA UNE
20.04.2017

Partager cet article

Partager sur linkedinPartager l'actualité par mail

Portrait du lieutenant Samir, expert en cyberdéfense sur la base aérienne de Mont de Marsan

Depuis quand êtes-vous engagé au sein de la réserve cyber défense ?

Depuis avril 2015, date à laquelle j’ai effectué une FMIR (formation militaire initiale de réserve) afin d’y découvrir le métier de militaire. J’ai été orienté et accompagné vers les métiers de la cyber défense et notamment le département cyber défense du groupement aérien de l'informatique opérationnel (GAIO) situé sur la base aérienne 118 de Mont de Marsan, avec lequel j’ai initialement signé un engagement à servir dans la réserve (ESR) d’un an, que j’ai récemment renouvelé pour une durée de 5 ans.

 

Comment avez-vous connu la réserve cyber défense ?

De par mon métier dans le civil. Je travaille dans le milieu de la cyber défense depuis plus de 6 ans et je suis naturellement amené à travailler avec les armées.

 

Pourquoi avoir choisir de vous engager ?

J’ai choisi de m’engager pour plusieurs raisons. Tout d’abord j’ai souhaité connaître ces femmes et ces hommes qui réalisent des missions extraordinaires au quotidien. Il s’agissait en plus d’un défi personnel, de savoir simplement si j’en avais les capacités. Disposant déjà de compétences et d’expérience dans le domaine, il semblait évident de proposer ma contribution à ce domaine opérationnel de pointe.

 

Pourquoi avoir choisi l’armée de l’air ?

D’abord pour ses valeurs dans lesquelles je me reconnais. Le respect d’autrui, la recherche permanente de l’excellence, l’intégrité et le sens du service. Ce sont des notions qui peuvent aller de soi quand on vit dans ce milieu, mais c’est une particularité dans notre société d’aujourd’hui. Je suppose que ce constat est exacerbé par le fait que je viens du monde civil et que je vois les armées sous un prisme différent. Ensuite, en de maintes occasions j’ai pu voir de très près les aéronefs, pilotes, mécaniciens, hommes et femmes qui travaillent tous les jours dans un cadre opérationnel. C’est très impressionnant et cela impose un grand respect pour leur travail.

 

Pourquoi avoir choisi de servir dans la réserve ?

Je ne conçois pas ma vie sans avoir le sentiment de servir l’intérêt commun. C’est une particularité qui m’a été transmise par mes parents, qui ont travaillé toute leur vie au service des autres. Avec les évènements graves qui ont frappé le territoire national, la réserve opérationnelle a été pour moi l’occasion de transformer cette volonté à ma manière, au service de l’intérêt des Français.

 

Quel est votre parcours ?

Issu d’une formation scientifique et technique et diplômé d’études supérieures, je me suis orienté vers la sécurité informatique dès mon entrée dans la vie active. J’ai travaillé dans le secteur privé pendant deux ans au sein d’un cabinet de conseil spécialisé dans les audits d’intrusion et la formation en sécurité informatique. Puis j’ai rejoint une grande administration chargée de cyberdéfense, comme ingénieur en investigation numérique. J’y travaille depuis plus de 5 ans. Ma participation à la réserve opérationnelle est accueillie avec bienveillance par ma hiérarchie civile, qui y voit une opportunité d’améliorer mes compétences, de m’épanouir et d’établir des relations avec le milieu militaire.

 

Comment avez-vous été formé ?

Formé en milieu informatique avec une spécialité sur la sécurité des réseaux, j’ai également pu bénéficier d’un grand nombre de formations dans le cadre de mon activité civile. Mais comme la plupart de mes camarades de la réserve cyber et de l’active, je suis avant tout autodidacte et passionné.

 

Quelles sont vos missions ?

Mes missions au sein du département cyber défense au GAIO sont principalement la validation technique de scénario d’exercices LID pour l’Armée de l’Air et l’appui au commandement en la matière. En effet, c’est le GAIO qui assure la conception et l’animation technique pour la partie Armée de l’Air de l’exercice #DEFNET. Grâce à mon expérience en investigation numérique, j’effectue également un retour d’expérience auprès des spécialistes chargés de détecter et traiter les cyber attaques pouvant cibler l’armée de l’air.

 

Quel regard avez-vous sur la menace cyber ?

Pour l’armée de l’air, les systèmes d’information et les systèmes d’armes appuyant les opérations sont le centre névralgique de notre capacité à agir dans la troisième dimension. Il est donc naturel que la cyber défense soit une priorité pour protéger les systèmes mis en œuvre dans la planification et la conduite des opérations aériennes. Les menaces cyber sont de natures asymétriques (infiltration des systèmes d’information, exfiltration de données, opérations d’entraves) et sont moins visibles que les opérations aériennes ou que les batailles rangées, mais elles restent inextricablement liées. Pour côtoyer et vivre le métier des femmes et des hommes du GAIO, il est évident que la cyber guerre est une réalité d’aujourd’hui et non une prescience des possibles.

 

http://www.air-touteunearmee.fr/reserviste