A LA UNE
06.04.2017

Partager cet article

Partager sur linkedinPartager l'actualité par mail

Portrait de l’adjudant Jérémy, technicien de cyberdéfense

Pourquoi avoir choisir de vous engager dans le domaine de la Cyberdéfense ?

Mon père était aviateur. Connaissant un peu le milieu, j’ai décidé de m’engager à 16 ans à l’EETAA de Saintes en tant qu’élève technicien. J’ai débuté ma carrière avec comme spécialité « mécanicien filaire » (maintenance des réseaux téléphoniques), puis,  j’ai rapidement pu changer de spécialité pour m’orienter vers l’informatique en tant qu’administrateur réseau et système. Après 12 ans passés dans ce milieu et en avoir fait le globalement le “tour”, j’ai décidé de me lancer un nouveau défi, celui de m’orienter vers la cyberdéfense, métier d’avenir

Quel est votre parcours ? Quel a été votre cursus scolaire ?

J’ai fait ma première et ma terminale à l’EETAA de Saintes, où j’ai obtenu mon baccalauréat. J’ai ensuite été formé pendant 1 an à Rochefort pour devenir mécanicien filaire. Après plusieurs mutations et opérations extérieures, j’ai répondu à une prospection et passé des tests afin de pouvoir intégrer le département cyberdéfense au groupement aérien de l'informatique opérationnelle (GAIO) où, après avoir été sélectionné, j’exerce mon « nouveau » métier de technicien en cyberdéfense.

Comment avez-vous été formé ?

Arrivé au sein du département cyberdéfense du GAIO en septembre 2015, j’ai d’abord suivi une formation interne de plusieurs mois basée sur des travaux pratiques de type « challenges » réalisés par mes camarades. J’ai rapidement été déployé en opération extérieure, ce qui m’a permis d’évoluer rapidement. De plus, dans ce métier, il est important d’être curieux. Je passe 1 à 2 heures par jour à lire des articles sur la cyberdéfense. En effet les attaques, les méthodes ainsi que les procédures sont en perpétuelles évolution, nous devons l’être aussi pour réagir le plus rapidement possible.

Quelles sont vos missions au sein de l’exercice #DEFNET ?

Je fais partie de la Red Team (équipe d’attaquant). Cette équipe a mobilisé 4 personnes à temps plein pendant 2 mois pour réaliser un exercice innovant au plus proche de la réalité, pour lequel nous nous sommes fortement inspirés de cas réels. Je suis également observateur de la Blue Team (équipe de réponse à incident). Globalement, je note toutes les actions qu’ils effectuent, pour ensuite rédiger un RETEX (retour d’expérience) qui sera ensuite présenté à l’ensemble du département cyberdéfense.

Quelles sont vos missions hors #DEFNET? Comment luttez-vous contre les menaces telles que le spear fishing ?

Hors de ma participation aux exercices tels que #DEFNET, j’ai des missions très variées. Je supervise la sécurité des systèmes d’informations de l’Armée de l’Air en analysant le trafic réseau et les journaux d’évènements, j’installe également les matériels et logiciels qui vont permettre cette supervision. Je participe aux groupes d’intervention rapide (GIR) de l’armée de l’air lorsqu’un acte malveillant est suspecté sur un de nos systèmes. Enfin, je contribue à concevoir des exercices pour entraîner les équipes cyberdéfense de l’armée de l’air, ainsi que pour sensibiliser l’ensemble du personnel non-informaticien.

Quel regard avez-vous sur la menace cyber ?

Il y a beaucoup à faire, la menace est en perpétuelle évolution, et ce n’est pas prêt de s’arrêter. En effet, avec l’arrivée sur le marché des IoT (objets connectés tel que les drones, la domotique ou les véhicules autonomes), qui ne possèdent quasiment aucune protection contre les cybermenaces, le métier de cyberdéfense est un métier d’avenir.

 

Plus d'infos sur nos offres d'emploi